Création chorégraphique collective : le « Grand Bal »


Démarche

Ce carnet de bord a été imaginé et conçu à Gières et à Meylan lors de
deux journées de répétition, le lundi 30 août et le mercredi 8 septembre 2021.

Trois associations de l’agglomération grenobloise ont pris part à ce
projet de création chorégraphique collective impulsé par la fondation
Abbé Pierre qui organise le festival « C’est pas du luxe ! » et par la Cie
Marinette Dozeville : l’association Femmes SDF, qui intervient auprès des
femmes en errance et en précarité, et l’Oiseau Bleu, centre d’hébergement
et de réinsertion sociale. L’association Cultures du Coeur Isère coordonne
quant à elle l’organisation des répétitions.

L’objectif : préparer durant huit journées d’atelier réparties de juin à
septembre la création d’une pièce chorégraphique qui a été présentée
durant le festival « C’est pas du luxe ! » à Avignon, le dernier week-end de
septembre. Ces ateliers ont été menés simultanément dans plusieurs villes et
la création finale a réuni des centaines de danseurs et danseuses des
quatre coins de la France.

Les illustrations ont toutes été réalisées au crayon gris et les verbatims manuscrits écrits à la plume. L’ensemble a été saisi sur le vif, pendant les ateliers, d’où leur côté « fugace », mais aussi, je l’espère, vivant. Les textes tapuscrits qui les accompagnent ont été rédigés à partir des notes prises sur place également.

Je n’ai malheureusement pas pu assister aux six autres journées de
répétition ni au festival  » C’est pas du luxe !  » pour lequel a été pensée
cette création mais j’espère que ce carnet de bord donnera à voir
l’énergie, l’envie et l’humour qui ont marqués ces ateliers.


Extrait du carnet de bord

Quelques informations pratiques

Projet monté avec la Fondation Abbé Pierre, Cultures du Coeur Isère, le Local des Femmes – Femmes SDF, l’Oiseau Bleu, la Cie Marinette Dozeville,
l’Hexagone – Scène Conventionnée pour une présentation dans le cadre du festival « C’est pas du luxe ! » (2021)

Version numérique : 20 pages

Reproduction interdite : me contacter


Lire l’intégralité du reportage